Conversion : Street Orkeyeur par Portal
Voui, je pratique le street hockey. Et voui, je joue ork. Donc, logiquement, au bout d’un moment, j’ai voulu combiner les deux. Je suis parti d’un ork plastoc de base, dont les jambes avaient une position correcte.
Les jambières et gants furent réalisés en duro. Le plus compliqué à faire fut les bras, qui ont été coupés en plusieurs endroits, avant d’être assemblés à nouveau dans la bonne position. J’ai dû resculpter une bonne partie des articulations car elles n’étaient pas naturellement dans la bonne position.
J’ai utilisé pas mal de patafix pour m’assurer que les mains seraient bien en face et que la tenue de la crosse serait assez dynamique. 

Je lui ai réalisé un nouveau maillot en duro, les plis du tissus sont obtenus avec un pinceau dont les poils sont remplacés par une petit gomme (acheté dans un magasin d’art). A l'époque, je n'ai fait qu'ajouter du duro par dessus la figurine sans limer d'abord son torse. D'où cet aspect... ventripotent.

Les Street Orkeyeurs suivants furent mieux réussis à ce niveau.

Les roues des rollers furent fait à partir des points d’injection de grappes plastoc (vous savez, les petits cylindres qui dépassent…).
  Au niveau de la peinture, je ne me suis pas foulé, maillot jaune et short marron, roller noirs et oranges.
  Enfin, j’ai galéré pas mal pour faire le manche de la crosse : j’ai tenté de le sculpter dans du duro, mais le rendu n’était pas correct. En désespoir de cause, j’ai fini par faire une crosse cylindrique sur une base de lance squelette. La palette a été réalisée en duro, aplatit et découpé à la bonne forme après séchage. J’ai monté une bonne partie de la fig avant de finir la crosse pour être sûr que la palette toucherait le sol. La balle a bien sûr été faite en duro.

  J’ai depuis changé la tête de cette figurine pour qu’elle porte un casque (oui, je me suis acheté un casque suite à un accident), et cela rend plutôt mieux. J’ai également réalisé une partie des autres joueurs, en m’améliorant sur certains points : il faut découper tous les ornements du torse avant de faire le nouvel habillage, pour limiter l’épaisseur… le premier était, comment dire, joufflu.

J’ai également trouvé un moyen de faire des crosses à section rectangulaire avec deux épaisseurs de carte plastique. Par contre je me suis moins foulé au niveau de la position des mains, puisque les autres joueurs n’ont pas la balle. Les roues sont maintenant découpées dans un petit cylindre de duro, ce qui est plus simple que de faire des découpes correctes dans les grappes. Prochaine étape : un goal à mitaine énergétique.

Quand au joueur que j'ai converti à plat ventre par terre… c’est une innocente plaisanterie vis à vis d'un comparse dont l'équilibre était parfois remis en question :)