les marounes de black reach pas pas : encore du battle-damage par schlaf
on rappelle le contenu :
1 commandant (bolter, épée énergétique, cape, non posable)
10 marines tactiques (1 sergent tronchonnette, 7 bolters, 1 lance-flamme, 1 lance-missile), non posables
5 terminators (1 sergent à épée énergétique, 4 gantelets/fulgurants), les bras sont mobiles.

toutes les figurines sont bien gravées, différenciées (multiples casques, bolters, insignes..) mais pas posables. seul défaut pour les marines : les points d'injection de la grappe tombent au milieu de l'épaulette, ce qui rend la suppression des lignes de moulage pas évidentes à cet endroit.

tout se fixe sans colle! je colle quand même les backpacks, plus susceptibles de tomber que le reste, mais les armes restent bien en place sans colle.

pour les termites, les bras sont collés.


le montage prend environ une bonne soirée.

hop, sous-couche.. pour ma part c'est gesso noir passé sans discernement au gros pinceau. c'est plus économique que la bombe, un peu plus long mais pas besoin de s'y reprendre à 12 fois... la sous-couche noire me permet de ne pas m'emmerder à chercher à peindre dans les petits creux qu'on oublie facilement.

voici les marounes après montage et sous-couche.

ensuite, ils sont airbrushés zénithalement au "base grey model color".
ensuite, on passe une couche de "chocolat", couleur de chez hansa (ils ont un "kit vieillissement" de 9 pots, vraiment nickel pour travail à l'aéro).

cette couleur sera la base pour tous les éclats de peinture. j'aurais sûrement pu la passer directement sur la fig sous-couchée noire, mais ça me semblait un peu trop sombre
hop, c'est le moment d'ajouter les dommages.

pour ça, je n'utilise ni pinceau, ni mousse de blister.. ah ah! en fait, je fous du "drawing gum" de chez pebeo sur ma palette, je trempe avec un pinceau gomme plat assez petit, et je l'utilise pour déposer sur la figurine.

l'avantage, c'est que je ne nique pas un pinceau (si ce truc sèche dans les poils, le pinceau est mort!), et que je peux contrôler assez bien ce que je fais. ensuite, pas besoin de faire super précis.

les dommages sont donc placés sur les points d'usure : genouillères, bord des plaques, ... pour les photos, désolé mais ça sèche vite, et ça devient transparent en séchant... pour vous faire une idée d'où les placer, voir les photos plus bas.

dans la pratique, le drawing gum est naturellement clair, mais je l'ai teinté directement dans le pot avec de l'encre verte.. ça n'a pas d'impact, ça ne laisse pas de trace au séchage, et ça reste quasi transparent une fois sec. le fait de le teinter rend plus facile de voir où on l'applique
on passe à la peinture proprement dite..

d'abord un petit coup de gris en zénithal pour remettre les lumières.

la base est une mélange de "vert napoléonien" et de "uniforme japonais" (gamme prince august), j'en ai préparé un pot, ça tombe bien le kit hansa sus-cité fournit 2 pots vides (avec bouchon à vis, pipette, mélangeur.. faut vraiment que je trouve à en acheter à l'unité).

on passe à l'aéro. pour les termis, la tête est passée au blanc.

puis tout est éclairci à l'aéro en zénithal au jaune.

les bolters et les parties métalliques sont faites en noir au pinceau.. elles seront traitées plus tard.
une fois sec, je complète avec un bon gros jus de marron sur toute la fig.. pas de photo pour cette étape.
une fois tout bien sec, on va procéder au démasquage.

pour ça, j'utilise un gros pinceau gomme un peu dur (noir, pas les gris qui sont mous), et je frotte là où était le drawing gum. je frotte aussi au doigt, et parfois il faut une pointe d'aiguille (ex : sur les têtes de termi).

le drawing gum ayant fait un léger volume, il est facile de retrouver les points à traiter.

c'est techniquement l'étape la plus chiante, faut bien compter 5 minutes par figurine...

et voilà le résultat!

il ne m'a fallu qu'une soirée pour traiter le dread et les 5 termis. il faudra ensuite faire le reste au pinceau, mais c'est une autre histoire...